MEMORYA



Le 21 décembre 2012 aura lieu la fin du monde et notre civilisation s’éteindra.
Le projet Memorya se propose de laisser une trace de notre monde à travers des médias propres au design graphique tels que l’édition, la typographie, le logotype, la sérigraphie mais aussi la peinture, la photographie et la vidéo.
En privilégiant une approche subjective et sensible, neuf expériences ont été menées au cours de l’année. Chacune d’entre elles procède de l’exploration des potentialités narratives et formelles d’un objet défini, qu’il soit matérialisé ou abstrait.
Les productions issues de ces expériences sont envisagées comme autant de traces témoignant d’un monde disparu. Le récit de leur réalisation sera gravé sur des plaques de plexiglas destinées à être enterrées, à la manière d'une capsule temporelle.
Appliquer une méthode reposant sur des choix arbitraires à l’entreprise de constitution d’une mémoire collective fait de Memorya un projet volontairement fragmentaire. Memorya questionne la valeur du choix et les enjeux de la représentation – et à plus forte raison, ceux du design graphique.